Marc Ratal, Bruno Bertin : la rencontre suite…

Décembre 2013…

Nous sommes en 2013 et Bruno fête l’anniversaire de la création de ses personnages Vick et Vicky. De nombreux témoignages d’amitiés se fédèrent à cet événement comme la réalisation de produits dérivés de ses héros tels que des fèves Vick et Vicky

FEVES-VICK-VICKY

par le boulanger/pâtissier Thierry Bouvier pour l’épiphanie…, des manifestations événementielles telles qu’un feu d’artifice dédié à Vick et Vicky le 12 juillet à Saint-Ouen-les-Vignes près d’Amboise en Touraine, des expositions événementielles dans de nombreux salons du livre et de la BD comme celui de Montaigu ou des Sables d’Olonne, … et pour marquer et graver cet événement du 9ème art, le Stade Rennais à tous les lecteurs de Vick et Vicky et ceux qui savent encore rêver en proposant à Bruno de donner le coup d’envoi du match Rennes/Valenciennes devant plus de 17 000 spectateurs et télévisions sportives.

coup-d'envoi1

On pourrait penser que la magie s’arrête là, et non car c’est sans compter sur la seconde surprise que Jérôme (vous vous rappeler l’un de deux jeunes étudiants qui est venu le rencontrer dans les années 90) va lui faire et cela quelques jours avant Noël.

En effet, Bruno découvre dans sa boite aux lettres à Rennes un étrange colis sur lequel il y a cette recommandation « IMPORTANT seul Bruno doit ouvrir ce colis ». Voir notre premier reportage

Marc Ratal venait de lui écrire.

dedicace-marc-ratal

Bruno ne réalise pas tout de suite l’événement de ce présent. C’est le lendemain qu’il le réalisera. Il peut, s’il le souhaite, le voir car il a en plus de sa dédicace, ses coordonnées. Quelques jours plus tard, il se décide à l’appeler pour le remercier de son présent mais aussi pour savoir s’il peut le rencontrer. La réponse est immédiate et chaleureuse : oui !

Samedi 4 janvier 2014, Bruxelles…

Et c’est ainsi qu’un samedi vers 15h, quelque part à Bruxelles, le grand garçon Bruno Bertin, ayant fait le trajet Rennes / Bruxelles, devient en quelques minutes le petit qu’il était en culotte courte, en 1971, devant celui qui lui a donné sa vocation de dessinateur.

Avec une demi heure de retard sur l’horaire, Bruno se retrouve devant la porte de l’immeuble où Marc Ratal vit. Ce dernier est aussi impatient que Bruno de le rencontrer. Il attendait dans le hall de l’immeuble et leur regard se croise sans un mot. Ils savent tous les deux que c’est la rencontre. Marc Ratal avoue, avec sa compagne, qu’il s’attendait à rencontrer une personne plus âgée. Bruno découvre un homme de 91 ans et demi en pleine forme à qui on ne donne pas plus de 75 ans, ainsi que sa compagne qui fait à 85 ans, et sans flatterie, 10 ans de moins que son âge.

Beaucoup d’émotions comme vous pouvez l’imaginer et le découvrir sur ces quelques photos où Marc Ratal rappelle l’origine de son pseudo.

 marc-ratal-dedicace-bruno-b

Marc Ratal regardant la dédicace envoyée à Bruno

 

marc-ratal-musique

Marc Ratal jouant au synthétiseur

C’était celui de son père quand il écrivait dans une revue sportive française très connue de l’époque en tant que journaliste.

Son père était chef d’entreprise (luthier). Il fabriquait des instruments de musique, mais à l’apparition de la radio, les cafetiers n’engagèrent plus de musiciens ce qui provoqua la faillite de son entreprise. Il continua, néanmoins, à vendre des instruments de musique.

Que signifie Marc Ratal ? Pourquoi avoir arrêter la bande dessinée ? …

C’est ce que nous allons vous dévoiler très prochainement.

Laisser un commentaire